L’Art, perspective temporelle.

Des études tel le ‘’Effects of a Structured Arts Program on the Psychosocial Functioning of Youth from Low-Income Communities’’ de 2006 et le rapport de 2012 sur  ‘’The Arts and Achievement in At-Risk Youth, du National Endowment for the Arts’’ nous démontre les mêmes résultats. Les arts intégrés chez les jeunes aident à leur sentiment d’appartenance. L’art offre une occasion à ces jeunes d’exprimer leurs émotions, leurs quotidiens, leurs traditions, le ‘’Je suis’’ universel de chacun. Le jeune qui crée provoque en lui une façon d’imaginer qui s’avérera extrêmement positif et pratique dans sa vie. Il créer de nouvelles solutions à des problèmes et lui aide à faire face à des défis à venir. L’art véhicule aussi l’idée qu’il y a plusieurs solutions à un même problème. Ainsi, les enfants acquièrent une pensée originale, une pensée, des stratégies qui leurs assurent un meilleur développement. Donc, il développe part l’art une meilleure estime de soi. Ce ne sont pas seulement les jeunes qui en profitent mais toute une collectivité. Un secteur artistique et culturel fort est primordial pour le développement général d’une société et son bien être commun. L’art est présent partout dans notre quotidien et dans plusieurs types d’emplois. Nous n’avons qu’à penser à l’architecture, le design, l’ingénierie, la gastronomie et la science, oui la science! La nature utilise le nombre d’or et la séquence de Fibonacci pour nous offrir des fleurs splendidesdes coquillages majestueux, une nature en harmonie. Une séquence que Leonardo Da Vinci intégra de manière ingénieuse dans ses œuvres et créations. J’y reviendrai dans une prochaine chronique. Quand je mentionne l’importance de l’art dans le développement de nos jeunes il y a plusieurs exemples concrets avec la médiation culturelle.

Cathy1202

Là où elle est utilisée, la médiation culturelle réussit à rendre la culture plus accessible en rejoignant en faisant participer des citoyens qui d’ordinaire fréquentent peu ou pas les activités culturelles. Autrement dit, On sort les projets et activités des lieux conventionnels et on les rend plus interactifs on vise le « faire ensemble ». En apprivoisant les arts et la culture, les gens sont ensuite plus portés à participer à des activités culturelles plus « traditionnelles ». La médiation culturelle peut ainsi devenir une réponse pour diversifier le public. Cela est encore plus vrai chez les enfants qui seront les spectateurs de demain. La rencontre créée autour de l’artiste ou artisan de la  culture devient aussi le prétexte à redécouvrir sa communauté et s’y sentir partie prenante.

oeuvre Dominic Manawane

En voici un bon exemple. Un des projets de médiation culturelle spectaculaire entre deux communautés sera présenté prochainement au public par l’enseignante en arts visuels et artiste Cathy Jolicoeur spécialiste en cette matière. Récipiendaire du prix Essor pour le projet Guéris-Vite en 2013-2014 ainsi que le prix Essor 2014-2015 pour le projet L’envolée, la Valse des parapluies celui-ci, a d’ailleurs remporté également le prix Gala de la Culture de la Ville de Longueuil dans la catégorie impact social. Cette fois l’artiste récidive en présentant un projet audacieux ‘’ Ma Ville, ma communauté mon monde à moi,un petit coup de pinceau à la fois!’’ Par cette manifestation artistique de grande envergure, les enfants des services de garde des écoles défavorisées participantes de la Commission Scolaire Marie-Victorin ont été amenés à découvrir dans un premier temps l’histoire de leur territoire soit la naissance de leur ville par le biais d’une animation ludique offert par la société culturelle du Marigot dans le cadre du 360e anniversaire de Longueuil. Par la suite, les jeunes se sont inspirés de cette animation afin de créer individuellement des oeuvres d’art sur des petites plaques d’aluminium à l’instar de la pratique artistique actuelle de Mme Jolicoeur en mettant en scène la vision de leur ville. Quant aux jeunes Atikamekw qui se sont liés au projet d’échange, ils nous feront découvrir leur vision de leur culture, leurs racines, leur histoire afin de la partager en s’inspirant de leur mode de vie et de ceux leurs ancêtres également en s’inspirant de la pratique de l’artiste. Permettant aux jeunes de différentes cultures de partager et découvrir l’un de l’autre ce projet vous en mettra plein la vue. On le sait, les voyages ouvrent l’esprit, les voyages passent par l’art aussi.

Alliage II

 

Je vous invite donc en grand nombre au vernissage de grande envergure le 12 avril 2017 de 18h30 à 21h à la Bibliothèque Georges-Dor située au 2660 chemin de Chambly à Longueuil. Venez découvrir ces jeunes pour qui, ce moment de vie offre un chemin alternatif et une nouvelle voie pour plusieurs. Venez découvrir leurs œuvres, leurs arts, leur fierté en leur compagnie.

Lien Facebook

Pierre Marc DesJardins

Cathy1201

 

Laisser un commentaire