T’es Belle

T’es Belle, Ferland vous l’a chanté, ses paroles vous ont bercé, «  …t’es belle pour longtemps, t‘es belle pour toujours, Il n’y a pas d’année à ta beauté, t’es belle pour longtemps, t’es belle pour toujours. » J’adore cette chanson, hymne non pas à la beauté mais à la femme dans son épanouissement.

Mesdames vous êtes belles, certains hommes ont malheureusement une mauvaise perception de l’apparence féminine et vous adhérez à ce courant de pensée. La beauté c’est la lumière du regard qui exprime le charme, et le charme c’est quelque chose dans le regard qui exprime la beauté. La beauté réside également dans la personnalité, l’audace, l’intelligence et l’authenticité, aspects souvent oubliés par plusieurs femmes. La personnalité et le sens de la repartie, ça aussi c’est intéressant.

J’entends depuis longtemps l’expression «être belle à l’intérieur». Une expression que nombreux disent avoir été inventée par les laides de ce monde. Belle à l’intérieur, tout à fait car pour moi la beauté n’est pas uniquement l’emballage avec le chou. Au contraire, une personne qui fait la belle me semble au combien futile et inintéressante. Rien à dire, rien à exprimer que du vide. Il n’y a rien de moins inspirant que le vide d’esprit. Pour ma part, je n’aime pas côtoyer des gens qui laissent planer un courant d’air dans la conversation comme si leur cerveau fonctionnait au ralenti lorsqu’il était question d’un sujet autre que leur physique tout genre confondu.

« La beauté que le plus de prestige entoure est celle dont rayonne le visage de la femme. Qu’y a-t-il dans cet éclat, dans ce poli et dans ces contours de la chair qui force à l’admiration et allume la passion la plus ardente ? Il y a une âme, une âme qui anime ces traits d’une muette éloquence, et va droit au cœur pour y porter de douces émotions ou l’embraser d’une vive flamme. » Citation de Louis-Auguste Martin ; Esprit moral du XIXe siècle (1855).

Chaque femme est unique et magnifique et comme le disait mon pote Victor Ugo, aucune grâce extérieure n’est complète si la beauté intérieure ne la vivifie. La beauté intérieure, celle de  l’âme se répand comme une lumière mystérieuse sur la beauté du corps et l’illumine.

Je me souviens d’un jour ou m’est apparue la vraie beauté. Je revenais d’une dure journée au bureau, il pleuvait des cordes. Je faisais la queue au supermarché et c’était désespéramment lent dans ce supermarché bondé. Une femme et son mari se tenait devant moi, un couple de personnes âgées qui déchargeait leur panier plein d’articles. Ils déposaient les produits un par un sur le devant de la caisse pendant que le vent et la pluie battait les fenêtres en face de nous. Venu le temps de payer, le mari chercha son portefeuille dans sa poche, il regarda sa femme avec un mélange de confusion, de panique et de surprise.

« J’ai oublié mon portefeuille ! ». La jeune caissière  avait un peu l’air exaspéré. J’ai levé les yeux vers le visage de la femme, je m’attendais à voir apparaitre des signes de colère ou d’irritation mais elle avait l’air parfaitement sereine comme si elle se promenait tranquillement par un jour de beau temps. Elle ne ressemblait pas à une femme âgée qui venait de marcher de longues heures dans les allées d’un supermarché bondé pour faire ses courses qu’elle n’était finalement pas en mesure d’acheter. Apparemment, l’oubli de son mari ne l’avait ni irrité ni contrarié. Elle était souriante, comme s’il venait de lui raconter une bonne blague.

Elle a présenté ses excuses au caissier ainsi qu’ à moi qui était derrière elle et me dit : « Je suppose que nous ne devions pas faire de courses aujourd’hui. » Elle le pensait vraiment, on pouvait le voir dans ses yeux quand elle se retourna pour partir. Chère dame, je ne vous l’ai pas dit à ce moment mais je n’avais pas vu le soleil de la journée et c’est en vous regardant qu’il m’est apparu, voilà pour moi ce qu’est la vraie beauté.

La beauté d’une femme doit être vue dans ses yeux, parce qu’ils sont les portes de son cœur, là où l’amour réside. La beauté d’une femme n’est pas dans un grain de beauté bien placé sur le haut d’une lèvre. La beauté d’une femme ne s’effrite pas par ses quelques rides. La vraie beauté d’une femme est réfléchie par son âme, par l’amour qu’elle donne, par la passion qu’elle démontre et surtout, par les années qui passent, par le charme qui s’installe et qui l’embellit.   

Marc Cloutier

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s