LA FACE CACHÉE DE LA LUNE

Du grand Robert Lepage combiné au génie de Yves Jacques.  

C’est à la fin des années 50 que Soviétiques et Américains sont lancés dans une folle course pour être les premiers sur la Lune, conquérir l’espace afin de démontrer sa supériorité sur l’autre.  L’URSS envoie en orbite le tout premier satellite Sputnik 1 en1957, soit l’année où Robert Lepage est né.  Quarante ans plus tard, Philippe et André, deux frères qui sont complètement aux antipodes l’un de l’autre, sont forcés de reprendre contact suite au décès de leur mère. Philippe est un doctorant de 42 ans, passionné par l’espace et ses héros. Il vit seul dans un modeste logement et passe la majeure partie de sa vie la tête dans les étoiles. Le frère cadet André, qui aux yeux de Philippe est insouciant, riche et chanceux, est  annonceur vedette au Canal Météo. Le deuil ravivera de vieilles blessures et, dans un va-et-vient incessant de réminiscences personnelles et de souvenirs historiques, une question fondamentale émerge : « Sommes-nous seuls ? »  C’est à ce moment que Philippe prend connaissance d’un concours qui vise à faire connaître notre mode de vie à d’éventuels habitants extraterrestres par l’envoi dans l’espace de vidéos amateures réalisées par des gens expliquant leur quotidien.  

L’oeuvre largement autobiographique est remplie d’humour.  Des jeux de poésie et d’ingéniosité mènent au questionnement sur qui nous sommes, mais sans lourdeur aucune.   La Face cachée de la Lune aborde des enjeux infiniment grands par le biais de souvenirs intimes. Récit épique à la fois personnel et historique, La Face cachée de la Lune déploie tout le génie théâtral de Robert Lepage. Cette œuvre culte, primée ici et ailleurs, a fait le tour de la planète bleue depuis sa création à Québec en 2000.  Et elle n’a pas vieilli d’une ride.

L’acteur et virtuose Yves Jacques, qui interprète tous les personnages, est simplement magnifique et habite complètement la scène.  Chacun des personnages est en effet brillamment interprété avec émotion et passion.  Les jeux de lumières, de projections et de miroirs apportent une touche magique et nous propulsent dans la vie de Philippe et André.  La scénographie simple et brillante de Lepage nous émerveille encore aujourd’hui par son ingéniosité et nous émeut par ses emprunts au monde de l’enfance.  Il suffit d’une laveuse, d’une planche à repasser et d’une marionnette pour nous transporter d’une scène de la vie quotidienne à l’immensité de l’espace.  La Face cachée de la Lune est la pièce à voir cette année.  Une appréciation de 5 sur 5.  

 

La Face cachée de la Lune

Du 3 avril au 11 mai

Théatre Jean-Duceppe, Place des Arts

https://duceppe.com/a-l-affiche/face-cachee-de-lune/

Pierre Marc DesJardins

Publicités

Laisser un commentaire